Des SMS et des appels pour remplacer les sirènes d’alerte de Reims

10 - Mars - 2022
source : L'Union - Alice BECKEL

Les sirènes d’alerte ne sont plus utilisées depuis au moins quatre ans à Reims. Pour continuer à alerter les populations en cas de danger, un système de téléalerte monte en puissance depuis cet été.
Voici trois choses à savoir sur ce dispositif.

Les sirènes d'alertes de Reims ne sonnent plus depuis X années en raison d'un coût d'entretien trop élevé.
Un système de téléalerte se substitue à ce dispositif sonore. Un service mis en place depuis SEPTEMBRE.
Pour bénéficier de ce système, les habitants de Reims et du Grand Reims sont invités à s'inscrire en remplissant un formulaire en ligne sur reims.fr et grandreims.fr
En ces temps troublés par la guerre en Ukraine, nombreux lecteurs ont été surpris de ne pas entendre les sirènes de Reims retentir, mercredi 2 mars, comme cela se fait dans beaucoup de villes françaises les premiers mercredis de chaque mois. Et pour cause, cela fait des années que les treize alarmes sonores de la cité des sacres se sont progressivement arrêtées. Le système était en effet jugé trop onéreux, obsolète et peu efficace au regard de la méconnaissance des consignes par le grand public .
« L'État avait alors demandé aux villes de trouver un autre moyen » , explique Xavier Albertini, adjoint à la sécurité de Reims. La municipalité et le Grand Reims (lire par ailleurs) ont opté pour un système de téléalerte.
« Des premiers tests ont été effectués en 2018 et 2019 ». La crise sanitaire ayant considérablement pénalisé la mise en place d'un tel outil : « La montée en puissance est à parfaire. »
Ainsi, la Ville attend de « parachever la structuration sur le sujet » pour communiquer plus largement sur cette nouveauté. Mais l'élu l'assure : « Tous les Rémois qui le souhaitent peuvent déjà s'inscrire. »

Comment ça fonctionne ?
Par SMS, par mail ou via un appel téléphonique, les Rémois peuvent être prévenus d'un danger imminent. Pour souscrire gratuitement à ce service, les habitants de Reims doivent remplir un formulaire, disponible en ligne sur le site internet de la Ville.

Une fois son identité, son adresse postale, son mail et son numéro de téléphone renseignés, les souscripteurs peuvent choisir de s'engager de manière permanente ou temporaire, c'est-à-dire pour une durée supérieure à deux ans. Une confirmation via un appel téléphonique automatique permet de finaliser l'inscription.

Pour quels dangers ?
Message pour inviter la population à éviter un secteur touché par un sinistre (inondation, fuite de gaz, incident dans une entreprise, etc.), pour diffuser une alerte météo, prévenir d'une attaque terroriste ou de la gestion du plan canicule, la mairie, en partenariat avec ciitélécom, prestataire choisi dans le cadre d'un marché public, a préenregistré différents messages d'alerte. Des messages ont d'ailleurs été envoyés lors des dernières alertes aux vents violents en février, confirme Xavier Albertini.
Le déclenchement d'une alerte se décide selon un protocole bien précis et en concertation avec les services municipaux spécialisés dans la gestion des risques et de l'État. Une fois la menace bien identifiée, le maire donne son aval pour déclencher un message. Un cheminement qui dure normalement moins d'une dizaine de minutes. « Des cellules de crise spécifiques peuvent être mises en place en fonction de la typologie du risque », précise l'adjoint.

Quelle alternative en cas de panne du réseau internet et téléphonique ?
Dans les cas où les communications internet et téléphoniques seraient impossibles, la Ville de Reims a des alternatives pour prévenir sa population d'un danger. « Des véhicules de la police municipale de Reims et de l'ensemble des forces de secours du territoire, des bailleurs sociaux et d'autres acteurs locaux pourront circuler avec un haut-parleur pour prévenir la population », indique-t-on à l'hôtel de ville. Les médias, tels les sites internet et les radios, sont également un bon moyen pour être informés correctement et rapidement.
Si la guerre venait à frapper à nos portes et que des armes aériennes ciblaient Reims ? « Je ne fais pas de politique-fiction, s'irrite Xavier Albertini. Pour l'instant, on a ce système qui fonctionne en mode dégradé. Mais si l'État décidait de se doter à nouveau de sirènes, on s'en doterait. »

Le Grand Reims aussi.

La communauté urbaine a souscrit à ce service de téléalerte, dans une moindre mesure. Pour l'heure, les habitants du Grand Reims inscrits à ces alertes reçoivent uniquement deux types d'alerte.
La première concerne la fourniture en eau. Les 120 000 foyers concernés seront alertés en cas de problème d'alimentation ou d'incident sur la qualité de l'eau. Les communes ayant fait appel à une entreprise privée devront elles-mêmes se charger de diffuser les informations auprès de leurs administrés.
La deuxième à trait aux transports scolaires gérés par la communauté urbaine. En cas d'événement climatique incompatible avec le maintien de ce service, comme le verglas ou une tempête, les parents des usagers seront alertés par SMS ou mail.

 

Demande de renseignement

Contactez nous au

+33 (0) 243 500 600

ou

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer Tout accepter Personnaliser